Le Combat Sportif au Sabre Laser est une nouvelle forme d’escrime sportive de loisir. Il se caractérise par la manipulation d’un instrument spécifique appelé « sabre laser », qui est codifiée dans diverses formes de combat à l’arme blanche. Le Combat au Sabre Laser est une discipline au caractère unique, qui conjugue innovation et originalité. Il utilise une technique spécialement développée qui ne peut être utilisée efficacement qu’avec les spécificités – imaginaires – d’un « sabre laser », ou simplement « sabre ». Il s’agit d’une arme blanche dont la lame n’a aucun poids. Son tranchant théorique est de 360° et elle est capable de tailler dans toute matière autre qu’une lame de sabre laser.

LE SABRE LASER

Trois types de sabres laser peuvent être utilisés pour ce sport: les sabres longs, courts et doubles.

Le « sabre long » (ou simplement « sabre laser ») doit avoir une poignée de 26 à 32 cm de longueur. La lame, un tube de polycarbonate creux de 2 mm d’épaisseur pour 25 mm de diamètre, doit dépasser de la garde d’exactement 87 cm. La poignée doit peser entre 500 et 700 g.

Le « sabre court » (ou simplement « dague laser ») doit avoir une garde de 18 à 26 cm de longueur. La lame, un tube de polycarbonate creux de 2 mm d’épaisseur pour 25 mm de diamètre, doit dépasser de la garde d’exactement 66 cm. La poignée doit peser entre 400 et 600 g.

Le « sabre double » (ou « bâton laser ») doit avoir une poignée de 40 à 50 cm de longueur.

Les lames, des tubes de polycarbonate creux de 2 mm d’épaisseur pour 25 mm de diamètre chacun, doivent dépasser de la garde d’exactement 76 cm. La poignée doit peser entre 600 et 800 g.

Dans tous les cas, l’extrémité de la lame doit être ronde et non ogivale (pointue).

Lorsque l’interrupteur a été activé et que la lame est illuminée, le sabre est considéré comme « armé ». Dans le cas contraire, il est dit « désarmé ».

Les sabres sans lumière ni son sont interdits.

Les poignées ne doivent pas avoir de pièces coupantes, saillantes ou dangereuses dans le cas où elles entreraient en contact avec le corps de l’adversaire.

TENUE DE COMBAT

Dans les compétitions officielles, chaque combattant doit porter l’uniforme approprié à son rang. L’uniforme du Rang d’Initié se compose d’un t-shirt, d’un pantalon, de gants et d’une coquille (obligatoire pour les hommes).

Celui du Rang de Padawan inclut une ceinture à la liste qui précède.

L’uniforme du Rang de Jedi se compose d’une sous-tunique, d’une tunique, d’un pantalon, de gants et d’une coquille (obligatoire pour les hommes).

Aucun vêtement ni accessoire autres que ceux définis comme faisant partie de l’uniforme officiel ne sont autorisés. Toute autre protection est à la discrétion du combattant.

Dans les compétitions officielles, il est interdit de porter des lunettes (à l’exception des lunettes de sport destinées à protéger les yeux), des bijoux ou des piercings externes.

TYPES DE COMBAT

En ce qui concerne le nombre de combattants, la norme est le duel à un contre un.

D’autres variantes sont cependant prévues et réglementées, comme par exemple les duels de couples, à un contre plusieurs, par équipes ou encore en groupes.

Concernant le type du sabre laser, les combats suivants sont officiellement autorisés:
– 1 sabre laser contre 1 sabre laser (standard pour les adultes)
– 1 dague laser contre 1 dague laser (standard pour les enfants jusqu’à 12 ans)
– 1 sabre laser contre 2 dagues lasers
– 2 dagues lasers contre 2 dagues lasers
– 1 sabre laser contre 1 sabre double
– 2 dagues lasers contre 1 sabre double

TAILLE DE L’ARÈNE

En compétition officielle, l’arène de combat peut être rectangulaire ou ronde. Aucune autre forme n’est autorisée.

L’arène rectangulaire mesure 5 x 8 m, avec une zone de sécurité d’au moins 50 cm sur chaque côté.

L’arène circulaire mesure 8 m de diamètre, avec une zone de sécurité d’au moins 50 cm sur toute sa circonférence.

Les combats libres menés en dehors des structures académiques peuvent se dérouler sur toute surface définie par les participants, à la condition qu’elle soit comprise entre 2 et 200 m².

LA CIBLE

Le corps tout entier est considéré comme une cible valide.

Les avant-bras depuis le coude jusqu’à l’extrémité des doigts, et les jambes depuis les genoux jusqu’aux orteils sont définis par le terme IH (cible non mortelle).

Tout le reste du corps est défini par le terme OH (cible mortelle).

La poignée du sabre laser, c’est-à-dire toute partie autre que la lame, est considérée comme une cible IH.

SCORE

Une victoire peut être attribuée soit à la première touche (ou « premier sang »), soit en fonction du score.

Les victoires par première touche sont obtenues:
– en touchant l’adversaire sur une cible OH avec la lame armée de son propre sabre;
– en forçant l’adversaire à se toucher avec son propre sabre sur une cible OH;
– en obligeant l’adversaire à mettre un pied complet en dehors de l’arène de combat.

Dans le cas d’une victoire au score, tous les éléments décrits ci-dessus rapportent un point.

La victoire finale est acquise en atteignant le nombre de points définis dans le règlement de la compétition, par la fédération nationale ou, dans le cas d’un combat libre, par les combattants eux-mêmes.

VALIDITÉ DES COUPS

Les fentes ou autres mouvements entraînant un contact direct avec la pointe ne sont pas autorisés.

Par ailleurs, même s’il s’agit d’une cible valide, la zone du visage est particulièrement sensible et doit être évitée autant que possible.

Un sabre désarmé est considéré comme non-existant et tous les coups portés alors qu’il se trouve dans cet état sont donc invalides.

Les coups portés avec la lame sur les mains en position de garde ne sont pas considérés comme valides. Sont en revanche considérés comme valides les coups d’arrêt consistant à intercepter les mains de l’adversaire lors d’une attaque ou d’une défense.

Lorsqu’une cible non-mortelle a été touchée, le combattant doit:
– lever le membre touché et crier « IH »;
– interrompre toute attaque qu’il s’apprêtait à porter;
– laisser du temps à son adversaire, durant lequel celui-ci ne peut pas se remettre en garde mais peut prendre de la distance.

Les attaques bloquées sont considérées de façon dynamique. Ainsi, par exemple, un coup par le haut intercepté sur la main provoquera une chute gravitationnelle du sabre, avec toutes les conséquences qui en découlent si la lame n’est pas couverte.

L’utilisation des mains et des pieds pour effectuer des blocages, prises, soutiens et projections est tolérée.

DURÉE DU COMBAT

En règle générale, un combat officiel n’est pas limité dans le temps.

Dans les compétitions officielles, une règle spécifique peut imposer une limite de temps maximale à un combat, ou un temps durant lequel un coup sur une cible OH doit être porté.

LOYAUTÉ

Un combattant subissant une touche IH ou OH doit se déclarer.

Conformément à la règle Se.Cu.Ri, chaque combattant doit s’assurer que son adversaire n’est pas blessé, par un contrôle proportionnel à son propre niveau d’expérience.

JUGES DE COMPÉTITION

Des juges certifiés par la SLM sont désignés pour arbitrer les compétitions officielles.

Les juges peuvent être amenés à demander à d’autres élèves (un à trois maximums, et de rang Padawan au minimum) de les assister dans l’arbitrage des rencontres, notamment en leur affectant des tâches de surveillance spécifiques telles que le respect de la zone de combat ou du chronomètre.

Si aucun personnel certifié n’est présent, les compétitions peuvent être arbitrées par des juges sélectionnés par l’organisateur, selon les lignes directrices données sous toute forme que ce soit (y compris verbalement) par la SLM.

Le juge attribue les points, les avertissements et les pénalités selon le règlement en vigueur et déclare le vainqueur du combat. Il peut également décider de ne pas attribuer un point en cas de doute sur une action, ou de visionner des sources vidéo (si elles existent) pour des questions techniques, de scores ou des mesures disciplinaires.

Enfin, il peut interrompre le combat, de lui-même ou à la demande d’un de ses assistants ou des combattants, pour des raisons de sécurité ou pour protéger les combattants.

Le juge peut réprimander un combattant pour les raisons suivantes:
– recours à des techniques considérées comme dangereuses pour lui-même ou pour autrui;
– recours à des techniques interdites;
– protestations ou autres comportements agressifs, insultants, abusifs, menaçants ou blasphématoires;
– comportement antisportif;
– absence de combativité.

Le juge peut infliger une pénalité (en retirant un point) à un combattant, dans les cas de:
– conduites répétées telles que définies à le paragraphe précédent, après une réprimande;
– comportements antisportifs ou violents plus sérieux.

Si le juge a été désigné ou nommé, son jugement est final et sans appel.

Les rencontres libres – y compris officielles – entre élèves peuvent se dérouler en l’absence d’un juge.